Axonlab - Carence en vitamine D : prévention, diagnostic et thérapie
Shop
Portail client
Rechercher

Carence en vitamine D : prévention, diagnostic et thérapie

  • timer  11 Minutes à lire
  • 09. septembre 2021
  • Écrit par Sven Skinner
  • Pharmacie

 Détermination du taux de vitamine D avec le RapiD Cube Reader

  • Test qualitatif de haute qualité de la vitamine D 25-OH identique au diagnostic médical
  • Plage de mesure de 3 ng/ml (7,5 nmol/L) à 100 ng/ml (250 nmol/L)
  • Spécificité 100 %
  • 25 tests par emballage – stockable à température ambiante
  • Contrôle idéal de l’évolution des valeurs
  • Volume sanguin réduit, seulement 10 μl de sang capillaire du bout du doigt
  • Résultat de mesure en 15 minutes
  • Matériel de contrôle de la qualité disponible séparément

 

Pourquoi le corps a-t-il besoin de vitamine D ?

La vitamine D est chargée d’absorber le calcium et le phosphate dans l’intestin et régule le métabolisme du calcium et du phosphate. Elle joue par conséquent un rôle important dans la formation des dents et des os. De nouvelles découvertes scientifiques indiquent que la vitamine D est non seulement importante pour la santé des os, mais aussi pour tout l’appareil locomoteur, en particulier pour les muscles. En outre, on s’interroge sur une fonction protectrice éventuelle de la vitamine D dans les maladies circulatoires et oncologiques, les maladies auto-immunes et les infection. La question de la cause et de l’effet est actuellement contestée, c’est pourquoi il n’est pas encore possible de tirer une conclusion claire actuellement.

 

Incidence et absorption de la vitamine D

La teneur en vitamine D des aliments est plutôt faible. Elle est essentiellement présente dans le poisson gras, les volailles et les champignons comestibles. En Suisse, on peut ajouter de la vitamine D dans les produits alimentaires. La margarine enrichie à la vitamine D en est un exemple. Il est permis d’ajouter maximum 5 µg (ce qui correspond à 200 unités internationales) dans une dose quotidienne. La vitamine D soluble dans la graisse est un cas spécial parmi les vitamines. En effet, elle peut se former dans la peau humaine lorsqu’elle est exposée au soleil. La vitamine D qui se forme dans la peau contribue à environ 80 à 90 % de l’apport en vitamine D. Les 10 à 20 % restants proviennent de l’alimentation. Aussi bien la vitamine D absorbée dans l’alimentation (vitamine D2 et D3) et la vitamine D3 formée dans la peau sont d’abord transformées en calcifédiol dans le foie (25-hydroxy-Vitamine D) puis en calcitriol (1,25-dihydroxy-vitamine D) dans les reins. Ce n’est que cette forme modifiée (calcitriol) qui est active et peut remplir les fonctions de la vitamine D.

 

 

Qu’est-ce qui influence la formation de vitamine D ?

Différents facteurs ont une influence sur la quantité de formation de vitamine D dans la peau. Les personnes présentant une pigmentation cutanée plus forte ont une production de vitamine D comparativement inférieure aux personnes ayant un type de peau plus clair pour une exposition équivalente aux rayons du soleil. Par conséquent, sous nos latitudes, ces personnes présentent plus souvent une carence en vitamine D.

Sous nos latitudes, le rayonnement solaire est trop faible l’hiver pour que la peau humaine puisse produire suffisamment de vitamine D. Ceci s’applique également aux jours ensoleillés en plaine ou en montagne. L’hiver et pendant les jours les plus froids, la peau est le plus souvent recouverte de vêtements. En revanche, au cours d’une journée ensoleillée habituelle en Suisse, la peau du visage et des mains produit 600 UI de vitamine D si elle est exposée au soleil environ 20 minutes. Ces différences saisonnières engendrent des fluctuations saisonnières du taux de vitamine D dans le sang. Du printemps jusqu’à la fin de l’été, la concentration en vitamine D augmente et la vitamine D est stockée dans les tissus graisseux. Ces stocks sont vidés à l’automne/l’hiver puis le taux de vitamine D diminue.

En outre, la durée d’exposition de la peau au soleil joue également un rôle. Les personnes qui sont souvent dehors ont plus de chance de produire de la vitamine D que les personnes restant principalement dans les espaces intérieurs. L’été, le soleil est si fort que la peau ne doit être exposée qu’une courte période de temps (environ 20 minutes pour le visage et les mains) pour produire suffisamment de vitamine D.

La capacité à produire de la vitamine D diminue avec l’âge. C’est pourquoi on indique davantage aux personnes âgées d’absorber la vitamine D par le biais de l’alimentation. En outre, les personnes âgées (en particulier les personnes très âgées et nécessitant des soins) sont moins souvent et moins longtemps à l’extérieur et ce pour différentes raison. Elles présentent par conséquent une synthèse endogène réduite de la vitamine D en raison d’une exposition réduite aux rayons du soleil.

L’utilisation de protection solaire engendre la réduction de la production endogène de vitamine D dans la peau. Il ne faut cependant pas renoncer à la protection solaire en cas d’exposition prolongée au soleil. En effet un bain de soleil intense engendre des coups de soleils et à long terme un vieillissement prématuré de la peau et un risque plus élevé de cancer de la peau.

La prise de certains médicaments (par ex. certains réducteurs de cholestérol, les médicaments contre les mycoses, la cortisone, les médicaments anticonvulsifs) augmente le risque de carence en vitamine D. De même, certaines maladies (par ex. pathologies chroniques du foie et des reins, intolérance au gluten (maladie cœliaque) ou maladies intestinales inflammatoires chroniques comme la maladie de Crohn ont une influence sur l’approvisionnement en vitamine D. Les personnes concernées devraient aborder le sujet avec leur médecin.

 

Que se passe-t-il en cas de carence en vitamine D ?

Une carence en vitamine D se produit lorsque la production endogène de vitamine D dans la peau et/ou la prise de vitamine D dans l’alimentation est trop faible, lorsque la vitamine D n’est pas absorbée dans l’intestin ou lorsque les transformations nécessaires dans le foie ou les reins en Calcidiol ou Calcitriol ne se produisent pas

Une carence importante en vitamine D chez le nourrisson ou l’enfant en bas âge peut engendrer le rachitisme. Le rachitisme se présente sous forme de malformations du squelette étant donné que la minéralisation des os est perturbée. À l’âge adulte, une carence importante en vitamine D engendre l’ostéomalacie (ramollissement des os). Dans ce cas, comme chez les nourrissons et les enfants en bas âge, on observe une formation insuffisante de calcium et de phosphate dans les os. Un apport insuffisant en vitamine D favorise également l’apparition de l’ostéoporose (os cassants), étant donné qu’en cas d’absorption insuffisante de calcium dans l’intestin en raison de la carence en vitamine D, davantage de calcium est éliminé des os. Les adultes atteints d’une carence en vitamine D peuvent présenter les symptômes suivants : douleurs osseuses ou musculaires, faiblesse musculaire, fatigue générale. La grande majorité de la population suisse (80 %) est suffisamment approvisionnée en vitamine D l’été. L’hiver en revanche, plus de 60 % de la population sont sous alimentés ou présentent un taux sérique [concentration 25(OH)D] inférieur à la valeur recommandée de 50 nmol/l.

L’ill. 1 montre la répartition par stade de l’apport en vitamine D

 

Abb. 1 Internationale Stadieneinteilung der Vitamin D Versorgung

 Ill. 1 Répartition internationale par stade de l’apport en vitamine D

 

Préparations contenant de la vitamine D : Une prise est-elle pertinente ?

Il est particulièrement difficile l’hiver de maintenir le taux de vitamine D constamment à un niveau élevé. Étant donné que les rayons du soleil sont insuffisants et qu’il n’est pas possible de couvrir le besoin en vitamine D par l’alimentation seule, la prise de vitamine D sous forme de complément alimentaire peut être souhaitable.1

 

Qui doit prendre des comprimés de vitamine D ?

La prise de vitamine D sous forme de complément alimentaire peut être pertinente ::

  • en cas de carence établie en vitamine D
  • pour maintenir un taux normal de vitamine D dans le sang
  • pour prévenir l’ostéoporose (perte osseuse)
  • chez les personnes âgées en prévention de l’ostéoporose
  • en cas de tendance à la dépression
  • chez l’enfant en prévention du rachitisme
  • chez les personnes souffrant d’hypertension
  • en prévention de certains cancers comme le cancer du sein, des reins ou de l’intestin
  • pour prévenir et traiter les infections des voies respiratoires
  • pour prévenir les maladies auto-immunes1

 

Surdosage de vitamine D

Un surdosage en vitamine D ne peut se produire naturellement que ce soit par un excès d’exposition au soleil ou par une consommation abondante d’aliments contenant naturellement de la vitamine D (comme du poisson gras).2

Un surdosage est possible (en théorie) suite à la prise de compléments alimentaires ou de préparations à la vitamine D fortement dosées.

Un surdosage de vitamine D peut déclencher différents problèmes de santé reposant avant tout sur un taux de calcium accru dans le sang (hypercalcémie) : L’excédent de vitamine D a pour conséquence une absorption excessive de calcium dans l’alimentation libérant une quantité accrue de calcium dans les os. Ce mécanisme en lien avec le surdosage en vitamine D peut engendrer entre autres arythmies cardiaques, faiblesse, fatigue, maux de tête, nausée, vomissement et perte de conscience. Dans les cas graves, des calculs rénaux et une défaillance rénale potentiellement mortelle sont possibles.

 

Effet du confinement sur le taux de vitamine D :

Compte tenu des évolutions infectiologiques incertaines, un apport correct en vitamine D est sans aucun doute recommandable auprès de la population pour des raisons de santé publique. Un nouveau troisième confinement aurait également une influence négative sur le taux de vitamine D de la population.3

 

Sources et indications bibliographiques :

  1. VitaminExpress 18/03/2021
  2. Site Web BLV - carence en vitamine D : état des données, sécurité et recommandations pour la population suisse (2012) : Rapport de la commission fédérale de l’alimentation (COFA) - Recommandations relatives à la vitamine D : Bureau fédéral  de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires - Question et réponses Vitamine D : Bureau fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaire
  3. Lanham-New SA, Webb AR, Cashman KD, et al. Vitamin D and SARS-CoV-2 virus/COVID-19 disease. BMJ Nutrition, Prevention & Health 2020; 0. doi:10.1136/ bmjnph-2020-000089

Publications les plus consultées