Axonlab - LA SURVEILLANCE DE LA « TEMPÊTE DE CYTOKINES » : La protéine C-réactive (CRP) et le dérèglement de la réponse immunitaire au COVID-19
Shop
Portail client
Rechercher

LA SURVEILLANCE DE LA « TEMPÊTE DE CYTOKINES » : La protéine C-réactive (CRP) et le dérèglement de la réponse immunitaire au COVID-19

  • timer  9.5 Minutes à lire
  • 18 mai 2021
  • Écrit par Horiba Medical
  • General Practice

Contexte

Depuis son apparition dans la ville de Wuhan, en Chine, à la fin du mois de décembre 2019, une nouvelle souche de coronavirus – qui provoque une maladie des voies respiratoires de l’ordre de la pneumonie (le COVID-19) – se répand rapidement partout dans le monde. Le 30 janvier 2020, l’Organisation mondiale de la santé a déclaré que le COVID-19 constituait « une urgence de santé publique de portée internationale ». Le 9 mars 2020, l’OMS a annoncé que « la menace d’une pandémie [était] bien réelle ».

Le taux de mortalité due au COVID-19 dans la population générale est actuellement de 3,4 pour cent, soit beaucoup plus que pour la grippe saisonnière, avec un taux de mortalité d’environ 0,1 pour cent seulement des personnes infectées. Selon le dernier recensement, plus de 4 280 personnes ont succombé au virus potentiellement mortel ; plus de 65 700 personnes infectées ont guéri. Des décès sont signalés en Chine, en Iran, en Corée du Sud, en Italie, en France, aux États-Unis, au Royaume-Uni, au Japon, en Australie, en Espagne, en Thaïlande, aux Philippines et en Suisse.

INFECTIONS À CORONAVIRUS : Le scénario en Inde

ICMR (Conseil indien de la recherche médicale) : Jusqu’ici au total, les cas de 271 personnes comptant parmi les cas suspects et en contact avec des cas positifs connus ont été confirmés positifs

 

Tests de dépistage du COVID-19 dans les laboratoires

Tests de biologie moléculaire pour le diagnostic du 2019-nCoV (RT-PCR)
Plusieurs tests de dépistage du 2019-nCoV « faits maison » et à échelle industrielle ont été développés et sont en cours de développement. Quelques-uns détectent uniquement le nouveau virus ; d’autres peuvent détecter également d’autres souches (p.ex. SARS-CoV) génétiquement comparables.

L’infection est confirmée, ou infirmée, par la réalisation d’une RT-PCR pour le SARS-CoV-2
Paramètres biologiques anormaux chez les patients infectés par le SARS-CoV-2 :

Source : Giuseppe Lippi* et Mario Plebani

 

CRP, formule sanguine et COVID-19

Bien que normalement, la CRP n’augmente pas de manière significative dans les infections respiratoires virales légères, des hausses ont été observées dans les cas graves, par exemple lors des grippes aviaires H1N1 et H7N9 et pendant les épidémies de SRAS en 2003. Une augmentation significative similaire de la CRP a également été rapportée pour les patients atteints du COVID-19.
Le COVID-19 (maladie à coronavirus 2019) touche les humains comme les animaux et peut causer des lésions sévères des voies respiratoires, y compris des poumons. Ce virus pathogène est détecté dans les prélèvements de cellules effectués dans la gorge et le nez chez les patients effectivement atteints par la maladie ou suspectés de l’être. Lorsque le virus atteint les voies respiratoires supérieures et inférieures, il peut provoquer un syndrome de détresse respiratoire légère ou aiguë sévère résultant dans la libération de cytokines pro-inflammatoires, dont des interleukines (IL)-1B et IL-6. Les macrophages réagissent à une infection ou une inflammation par la sécrétion d’IL-6 et d’IL-1B, ce qui stimule la production de plus grandes quantités de CRP par les hépatocytes.
Une étude rétrospective des caractéristiques cliniques de 128 cas de COVID-19 confirmés par les paramètres biologiques communiqués par l’hôpital N° 1 de Xiangyang a été réalisée de janvier 2020 au 16 février 2020. Cette étude a montré que le nombre de leucocytes se situait globalement dans la fourchette normale, mais qu’il était significativement plus élevé dans le groupe des patients sévèrement atteints (P<0,01). Le nombre de lymphocytes était globalement plus bas. Le taux de protéine C-réactive (CRP) était nettement plus élevé chez tous les patients, mais significativement plus élevé dans le groupe des patients sévèrement atteints que dans celui des patients légèrement atteints (P<0,01).

Il ressort d’une autre étude des caractéristiques cliniques de 140 patients infectés par le SARS-CoV-2 que le taux de CRP avait augmenté chez 91,9 pour cent des patients, et que le pourcentage allait jusqu’à 96,4 pour cent chez les patients sévèrement atteints.

 

Dérèglement de la réponse immunitaire des patients atteints de COVID-19

Il se peut qu’un dérèglement de la réponse immunitaire, en particulier des lymphocytes T, joue un grand rôle dans le processus pathologique du COVID-19. Une surveillance du rapport neutrophiles/lymphocytes (NLR) et des sous-groupes de lymphocytes est donc utile pour la détection précoce de la maladie critique, le diagnostic et le traitement du COVID-19.
L’étude actuelle comporte une série de nouveaux indices d’un dérèglement de la réponse immunitaire des patients COVID-19, en ce sens qu’il se peut que le SARS-CoV-2 agisse principalement sur les lymphocytes (en particulier les lymphocytes T), déclenche dans l’organisme une « tempête de cytokines » et suscite une série de réactions du système immunitaire endommageant les organes touchés. La surveillance du NLR et des sous-groupes de lymphocytes est donc utile pour la détection précoce de la maladie critique, du diagnostic et du traitement du COVID-19.

Résultats des analyses pour 140 patients COVID-19

 

 

Niveau de sévérité de la maladie

 

 

Paramètres biologiques

Tous les patients (n = 138)

Non sévèrement atteints (n = 82)

Sévèrement atteints (n = 56)

Valeur P

Leucocytes (x109/l ; valeurs normales 3,5-9,5)

Élevées – nbre/nbre total (%)

Basses – nbre/nbre total (%)

4,7 (3,7-6,7)

17/138 (12,3)

27/138 (19,6)

4,5 (3,5-5,9)

4/82 (4,9)

18/82 (22,0)

5,3 (4,0-9,0)

13/56 (23,2)

9/56 (16,1)

0,014

0,003

0,513

Lymphocytes (x109/l ; valeurs normales 1,1-3,2)

Basses – nbre/nbre total (%)

0,8 (0,6-1,1)

104/138 (75,4)

0,8 (0,6-1,2)

58/82 (70,7)

0,7 (0,5-1,0)

46/56 (82,1)

0,048

0,160

Pourcentage de lymphocytes (%, valeurs normales 20-50)

16,9 (9,2-26,0)

20,0 (12,5-28,4)

12,7 (7,7-22,0)

<0,001

Éosinophiles (x109/l ; valeurs normales 0,02-0,52)

Basses – nbre/nbre total (%)

0,01 (0,0-0,05)

73/138 (52,9)

0,02 (0,008-0,05)

39/82 (47,6)

0,01 (0,0-0,06)

34/56 (60,7)

0,451

0,165

Pourcentage d’éosinophiles (%, valeurs normales 0,4-8)

0,3 (0,0-1,0)

0,5 (0,08-1,0)

0,2 (0,0-0,8)

0,166

D-dimères (μg/l ; valeurs normales 0-0,243)

Élevées – nbre/nbre total (%)

0,2 (0,1-0,5)

35/81 (43,2)

0,2 (0,1-0,3)

12/43 (27,9)

0,4 (0,2-2,4)

23/38 (60,5)

<0,001

0,004

Protéine C-réactive (CRP) (mg/l ; valeurs normales 0-3)

Élevées – nbre/nbre total (%)

34,2 (12,5-67,4)

125/136 (91,9)

28,7 (9,5-52,1)

72/81 (88,9)

47,6 (20,6-87,1)

53/55 (96,4)

<0,001

0,199

Procalcitonine (PCT) (ng/ml ; valeurs normales 0-0,1)

Élevées – nbre/nbre total (%)

0,07 (0,04-0,1)

41/118 (34,7)

0,05 (0,03-0,1)

16/68 (23,5)

0,1 (0,06-0,3)

25/50 (50,0)

<0,001

0,004

Amyloïde sérique A (SAA) (mg/l ; valeurs normales 0-10)

Élevées – nbre/nbre total (%)

92,53 (44,6-161,3)

46/51 (90,2)

91,5 (24,9-163,2)

29/34 (85,3)

108,4 (54,1-161,6)

17/17 (100,0)

0,600

0,156

Créatine kinase sérique (U/l ; valeurs normales 40-200)

Élevées – nbre/nbre total (%)

72,5 (52,2-115)

4/60 (6,7)

83,0 (56,0-112,0)

1/35 (2,8)

66,0 (38,5-144,0)

3/25 (12,0)

0,192

0,298

N.B. : Les données indiquées sont des médianes (IQR) ; COVID-19, maladie à coronavirus 2019 ; IQR, écart interquatrile ; valeurs P dénotent la comparaison entre les sous-groupes de patients non sévèrement atteints et sévèrement atteints.

 

Il est également signalé dans cette étude que le dosage du marqueur de l’inflammation qu’est la CRP est un test facilement disponible et reconnu, qui peut être utilisé comme outil pour le suivi du processus thérapeutique.

 

  • Selon toute apparence, l’élévation des taux de CRP correspond au niveau de gravité de la maladie et au pronostic. Chez les patients présentant une insuffisance respiratoire sévère et un taux de CRP normal, des étiologies qui ne sont pas liées au COVID (telles qu’une insuffisance cardiaque) peuvent être prises en considération.
  • Young a constaté des taux de CRP bas chez les patients ne nécessitant pas d’oxygène (moyenne 11 mg/l, écart interquartile 1–20 mg/l), comparativement aux patients ayant développé une hypoxémie (moyenne 66 mg/l, écart interquartile 48–98 mg/l).
  • Ruan a constaté que les taux de CRP correspondaient au risque de létalité (chez les patients ayant survécu, le taux de CRP médian était d’env. 40 mg/l avec un écart interquartile d’~10–60 mg/l, tandis que chez les patients qui sont décédés, la valeur médiane était de 125 mg/l avec un écart interquartile d’env. 60–160 mg/l).

 

Résumé

  • La formule sanguine et la CRP sont recommandées pour la première évaluation des patients atteints par le coronavirus.
  • La formule sanguine et le dosage de la CRP comme marqueur de l’inflammation sont des outils pour le suivi du processus thérapeutique des patients infectés par le coronavirus.

 

 

Ce texte a été traduit de l'anglais. Veuillez lire l'article original (« Medical Newsletter COVID-19 ») de Horiba Medical.

Publications les plus consultées